0

Présentation de la box Aegis Squonk de chez GeekVape

Geekvape semble être pris dans une frénésie commerciale en sortant une nouvelle Aegis tous les mois. À peine vient-on de détailler l’Aegis X et son écran géant, qu’une nouvelle déclinaison arrive : la version Squonk. Ce qui est encore une fois remarquable, c’est que cette version apporte elle aussi son lot de nouveautés par rapport à ses concurrentes, tout en gardant les principales spécificités de la gamme : résistance, performante et facile d’utilisation.

Une Aegis dans la pure tradition

Tous les éléments qui font de la gamme Aegis des box à part sont présents sur cette version : indice IP67 avec son revêtement caoutchouté pour la protéger des chocs, de la poussière ainsi qu’à l’immersion temporaire dans l’eau, dimension contenue avec une bonne prise en main, excellentes finitions et chispset aussi simple d’utilisation que performant.

Seule la partie en cuir que l’on retrouve sur d’autres Aegis est absente puisqu’elle est remplacée par la bouteille de squonk.

En fait, ce n’est que partiellement vrai et cela constitue la première particularité de cette box. L’Aegis Squonk offre en effet la possibilité de se transformer en une box traditionnelle devenant ainsi une box proche de l’Aegis Solo. Par ailleurs, on peut constater que pas mal d’éléments sont similaires à cette dernière. En retirant le bloc Squonk maintenu par deux vis, il est possible de le remplacer par une coque disponible en option dont le coût est faible. C’est d’ailleurs dommage de ne pas l’avoir inclus dans le coffret, mais que voulez-vous, il n’y a pas de petit profit.

Sur la tranche principale nous retrouvons l’écran monochrome de 0,96 pouce avec son bouton de feu en haut et en bas les boutons + et – qui sont séparés, contrairement à l’Aegis Solo ce qui est quand même plus confortable à l’utilisation.

Le port USB est également bien protégé et son intégration est une réussite. Pour y accéder, il faut retirer son cache qui se trouve sur l’une des deux façades en bas est qui épouse parfaitement le design de la box. Ce cache reste relié à la box pour éviter de le perdre. L’utilisation du connecteur USB permet de recharger l’accu à 1,5 A ce qui est parfait pour un 18650, et de mettre à jour la box.

La trappe d’accu est située en dessous de la box et tout comme la version Solo, elle se présente sous la forme d’un bouchon possédant un filetage muni d’un anneau pour son maniement.

Geekvape a pensé à ceux qui ont un peu de mal à manipuler des petites choses, en fournissant une tige qui sert normalement à faire des coils qu’il faut passer dans l’anneau. Ça fait un peu bricolage, mais l’idée n’est pas mauvaise, et cela aide bien. En tout cas, on ne peut que se féliciter d’y avoir pensé, d’autres n’auraient probablement rien fait du tout pour aider.

On remarquera au passage le joint silicone sur le bouchon qui assure ainsi la parfaite étanchéité du compartiment.

L’accu à utiliser est au format 18650. Par rapport à un 20700 ou 21700 on perd certes un peu en autonomie, mais on y gagne en poids et encombrement, ce qui permet à l’Aegis Squonk de ne pas dépasser une hauteur de 87 mm et une largeur de 53 mm.

Le haut de la box est occupé bien sûr par le connecteur 510 et il est possible de lui adjoindre un atomiseur pouvant atteindre un diamètre de 29 mm ! Vous pourrez donc profiter de la quasi-totalité des atomiseurs disponibles sur le marché.

En observant d’un peut plus près ce connecteur, on remarque qu’il est pourvu d’un joint en silicone qui assure qu’aucune fuite ne puisse se produire entre la box et l’atomiseur, mais également de protéger le connecteur d’éventuelles rayures dues au montage et démontage de l’atomiseur. Il n’est donc pas obligatoire de mettre une rondelle de protection qui dans ce cas ne servira à rien.

Au niveau du pin positif en lui-même, mis à part le fait qu’il soit monté sur ressort ce qui est est maintenant la norme sur pratiquement toutes les box, sa particularité est qu’il n’est pas percé. Cette bizarrerie est cependant une excellente idée. Le liquide passe horizontalement de la bouteille au connecteur au travers un passage aménagé pour arriver sur le côté du pin. Les rainures que l’on voit sur le pin ne sont pas là pour le dévisser, mais pour permettre au liquide d’atteindre le perçage du pin de l’atomiseur.

C’est bien la première fois que je vois un tel système, et la raison est sûrement due au fait que l’Aegis Squonk pouvant se transformer en box ordinaire, le cheminement du liquide s’en trouve modifié. Au final, ce système ne présente pas le moindre inconvénient et fonctionne parfaitement.

Pour rester sur le haut de la box, on peut également voir une trappe coulissante qui permet d’accéder au remplissage de la bouteille qui au passage, contient pas moins de 10 ml et qui place l’Aegis Squonk dans les box ayant la meilleure autonomie de liquide. Ce système est plutôt pratique puisqu’il n’est pas nécessaire de retirer la bouteille pour la remplir, mais il vous faudra une fiole possédant un embout long et fin pour atteindre l’orifice de remplissage sans avoir à retirer l’atomiseur. Le remplissage se montre efficace pour faire le plein rapidement et offre une étanchéité parfaite.

L’Aegis Squonk possède d’une façon générale des finitions exemplaires. Aucun bouton ne présente le moindre jeu, le caoutchouc présent tout autour de la box la protège parfaitement et empêche toute intrusion de poussière ou de liquide y compris au niveau du connecteur USB, le bouchon du compartiment à accu offrant ces mêmes protections. Les ajustements sont parfaitement raccords, surtout que contrairement aux autres box, il y a pas mal de pièces qui se démontent comme nous allons le voir pas plus tard que tout de suite.

La modularité de l’Aegis Squonk

Comme je l’évoquais en début d’article, l’Aegis Squonk est conçue pour être utilisée essentiellement en mode squonk, mais peut également se transformer en simple box en remplaçant la partie squonk par une coque disponible en 6 coloris.

L’intérêt qu’offre cette possibilité peut sembler futile à certains, à priori si l’on choisit une box squonk c’est pour une bonne raison, mais cela peut néanmoins s’avérer intéressant pour ceux qui souhaitent de temps en temps retrouver une box compacte pour une utilisation avec un atomiseur traditionnel. À noter qu’il sera également nécessaire d’effectuer le démontage de cette partie pour retirer la bouteille pour son nettoyage ou si vous deviez la changer (une seconde bouteille est fournie).

Techniquement, l’opération peut sembler un peu compliqué lorsqu’on la l’effectue la première fois, mais cette appréhension n’est que temporaire et l’ensemble se révèle au final très simple à effectuer. Le démontage de cette partie permet en même temps de constater toute l’ingéniosité du système de squonk, on sent que les ingénieurs de chez Geekvape ont bien travaillé sur cette partie !

Pour commencer, il faut retirer les deux vis à empreinte hexagonale situées au milieu des deux façades (une de chaque côté) avec la clef idoine de fournie. Vous ne pouvez pas vous tromper de vis, les autres sont dans un autre format qui est en étoile.

Une fois les vis retirées, il suffit de tirer la partie squonk qui vient toute seule. À cette étape on peut voir clairement le principe de transfert du liquide qui s’effectue latéralement.

Il est juste constitué d’un embout rigide et percé qui se trouve sur la box elle-même et qui vient lors du montage des deux éléments s’introduire dans le support de la bouteille, le tout étant sécurisé par un joint silicone. Si vous souhaitez juste changer le module squonk par une coque, il suffit de mettre la coque et de revisser.

Pour retirer la bouteille, poursuivons le démontage en poussant la trappe de remplissage. À l’aide d’une pince à épiler à embout fin ou d’un tout petit tournevis à embout plat, il faut retirer les deux petits bouchons qui couvrent deux autres vis.

Normalement, c’est à ce moment précis que votre chat découvre avec une certaine satisfaction ces deux bouchons à l’aspect rigolos et qui d’un coup de patte, peuvent atteindre des distances intéressantes tout en rebondissant dans tous les sens pour se terrer de préférence en un endroit complètement inaccessible. Pour ceux qui n’ont pas de chat, l’attirance est la même avec les enfants ou le ou la préposé(e) à l’aspirateur. Comme il n’y a pas de bouchon de rechange, mettez tout ce qui peut se mouvoir de manière autonome dans le jardin le temps de l’opération. Si vous n’avez pas de jardin, le balcon fera également l’affaire.

Maintenant que vous êtes au calme, on continue tranquillement en retirant ces deux nouvelles vis, toujours avec la même clef Allen. Le support de bouteille peut maintenant être désolidarisé du reste et la bouteille qui se retire en la faisant coulisser.

Il ne reste plus qu’à faire l’opération inverse pour remonter le tout et pour le serrage, ne pas trop forcer sur les vis. Dès que l’on sent une résistance, il est temps d’arrêter.

L’Aegis Squonk est intuitive à l’utilisation et se montre performante

Pour cette box, Geekvape à repris le même chipset que la Solo, l’AS-100, ainsi que le même écran. Les habituées de la marque n’auront même pas à consulter le manuel qui pourtant, est fort bien réalisé avec une section en français correct et de nombreuses illustrations.

Pour ceux qui découvre la gamme Aegis, les principaux modes de vape sont le mode puissance variable, appelé réglage de l’alimentation (?) dans le manuel, le mode contrôle de température avec les trois principaux types de fils que sont le l’inox, le nickel et le titane ainsi qu’un mode TCR pour paramétrer vous-même les coefficients de chauffe de n’importe quel autre type de fil ou si vous souhaitez utiliser vos propres valeurs plutôt que celles préréglées par défaut, le mode courbe de puissance paramétrable (VPC) ainsi que le mode bypass.

Il est également possible de verrouiller les boutons de réglage, de remettre à zéro le compteur de bouffées, d’utiliser la box sans allumer l’écran (mode furtif), de remettre les réglages par défaut d’usine et de régler la luminosité de l’écran. Somme toute rien de bien nouveau si vous avez l’habitude d’utiliser une box électronique, le principal est là.

L’écran de 0,96 pouce monochrome est bien lisible et affiche les informations de façon claire : le mode de vape, la puissance ou la température, la charge de l’accu sous forme d’icône, l’impédance de la résistance, l’ampérage pendant l’appuie du bouton de feu, le voltage par rapport à la puissance sélectionnée, et l’indispensable compteur de bouffées. Bien entendu, toutes les protections que l’on attend d’une box électronique sont également présentes.

Associé avec le dripper BTFC RDA de chez Augvape

En résumé

L’Aegis Squonk manquait un peu à la gamme et Geekvape nous a certes un peu fait attendre, mais le résultat est à la hauteur. Elle est dotée d’une excellente autonomie en liquide, d’un chipset performant à la navigation intuitive et reprends toutes les caractéristiques physiques de la gamme pour ce qui est des protections aux petits chocs et aux milieux hostiles. La possibilité de la transformer en box traditionnelle est également un point intéressant. Légère et aux dimensions raisonnables, l’Aegis Squonk est agréable à utiliser en toutes circonstances. L’essayer c’est l’adopter !


PS : Ah oui, j’allais oublier : pensez à faire rentrer le chat et le reste de la famille une fois la box remontée, il commence à cailler dehors…

Pour plus de détails sur son utilisation, regardez la vidéo de notre expert !

VOTEZ POUR CET ARTICLE !
[Total: 2 Average: 5]

Thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.