0

Présentation du clearomiseur Rotor par Eleaf

Il semblerait que les fabricants ne reculent devant rien pour trouver LA bonne idée afin de se démarquer de la concurrence. Dans le cas d’un clearomiseur, tout a déjà était plus ou moins fait au niveau de la conception, ce qui fait la différence entre un bon et mauvais clearomiseur est la résistance en elle-même. Eleaf à donc eu l’idée de mettre une petite hélice dans la résistance qui optimise les performances. Une idée qui ne manque pas d’air…

Une hélice dans la résistance

Si l’idée de l’hélice ne date par d’hier, 200 ans av. J.-C. avec la vis d’Archimède, utiliser ce principe mécanique pour influencer le flux d’air dans un atomiseur non plus. Peut-être que certains d’entre vous se souviennent du RDA Turbo de Nation Tobaco sorti en 2015, qui utilise (oui, il se vend toujours…) ce principe pour générer un maximum de vapeur. Certes, de la vapeur il en produit, mais ce qui est le plus remarquable avec le Turbo, est surtout sa faculté à produire un ignoble sifflement à chaque bouffée, rappelant le son d’un kazoo si vous êtes mélomane, ou celui d’un appeau à canard si vos cages à miel vous jouent parfois des tours.

Autant le dire tout de suite, l’hélice qui est à l’intérieur de la résistance du Rotor ne produit pour sa part aucun son particulier. Les ingénieurs en mécanique des fluides de chez Eleaf ont parfaitement maîtrisé cet aspect disgracieux, aucun canard ne viendra essayer de vous piquer votre clearomiseur.

Cet élément rédhibitoire à tout article digne de ce nom ayant été écarté, nous pouvons poursuivre avec sérénité la découverte du Rotor.

Original jusqu’au packaging

Le Rotor est livré dans une boite en plastique de format octogonale, trônant fièrement au-dessus des accessoires.

Vissé sur une base amovible qui peut servir de stand, bien que son utilité pour un clearomiseur ne soit pas forcément justifiée, le Rotor de chez Eleaf à fière allure ainsi présenté.

Concernant les divers accessoires de fournis, on trouve un jeu de joint complet, une seconde résistance, mais sans hélice à l’intérieur, la HW-T2, un réservoir de rechange de 5,5 ml (le Rotor étant déjà équipé de même réservoir d’origine), un manuel d’utilisation multilingue dont le Français, et un petit rectangle noir légèrement aimanté d’une matière inconnue tout comme son utilité que j’avais déjà repéré chez d’autres fabricants. Si par hasard un lecteur bienveillant pouvait m’en dire un peu plus sur cet objet mystérieux, je pourrais enfin savoir quoi faire de cette chose.

Le Eleaf Rotor en détail

Le remplissage s’effectue par le haut en faisant coulisser le top cap. À noter que pour le faire coulisser, il faut d’abord le déverrouiller en appuyant sur un petit bouton et tout en continuant d’appuyer, pousser le top cap. Le système est vraiment sécurisé, aucune possibilité que le top cap ne coulisse seul par inadvertance ou manque de chance. Une fois le top cap coulissé, apparaît l’orifice de remplissage qui à la particularité d’avoir un joint le recouvrant totalement.

La première fois je me suis dit que le joint n’avait pas eu droit à une découpe pour permettre l’insertion de l’embout du flacon, mais en fait il est découpé au milieu. C’est tellement bien fait que cela ne se voit pas. Il suffit donc d’insérer l’embout du flacon pour remplir comme d’habitude. Une fois le réservoir de rempli et l’embout retiré, le joint se referme tout seul. Pour remettre le top cap en place, inutile d’appuyer sur le bouton il suffit simplement de le ramener vers soi et il se verrouille automatiquement. Le système se montre parfait, je n’ai jamais vu une goutte de liquide à cet endroit.

La résistance s’installe de façon traditionnelle en dévissant d’abord la base, impliquant donc que le réservoir doit être vide. Il suffit ensuite de la visser à la base, de bien imbiber le coton par les petits trous latéraux d’arrivée de liquide tout autour de la résistance et de remonter le tout. Comme pour toute résistance neuve de clearomiseur, après le remplissage attendre 5 minutes que le coton s’imbibe bien avant de l’utiliser.

Le réglage du flux d’air se situe tout en bas. Réglable par une bague possédant des butées d’arrêt, le tirage est très aérien, voire sans restriction lorsqu’il est ouvert en totalité. Pour ma part, à 60 W je ne l’ouvre pas plus d’un tiers, et même dans cette configuration le Rotor ne chauffe pas en enchaînant les bouffées. La vapeur reste froide voir légèrement tiède, toutes sortes d’arômes seront donc les bienvenus, mais choisissez de préférence des e-liquides avec un minimum de 70 % de VG pour éviter les fuites.

Une hélice, mais quoi faire ?

Les deux coils qui sont fournis avec le Rotor sont constitués d’un mesh qui sert de résistif. Pour la résistance HW-T2, sa valeur est de 0,2 ohm pour une utilisation recommandée entre 35 et 75 W. À noter que la série des résistances HW n’est pas nouvelle, on la retrouve sur les clearomiseurs de la gamme Ello.

La résistance qui est installée d’origine est elle par contre inédite, il s’agit de la HW-T qui possède cette fameuse l’hélice. D’une valeur de 0,2 ohm, Eleaf recommande son utilisation avec une puissance comprise entre 40 et 90 W. Chaque aspiration active la rotation de l’hélice sans que l’on s’en rende compte. Sa conception est simple en étant juste sertie sur un axe, il y a peu de chance qu’un défaut de rotation survienne dans le temps.

D’après Eleaf, la première utilité de cette hélice Rotor est de créer un tourbillon de vapeur qui distribue les saveurs de façon plus homogène.

© ELEAF ™

Le second avantage annoncé par le constructeur est qu’elle élimine les remontées de liquide que l’on appelle spitback. Lorsque l’hélice est en rotation, les éventuelles gouttelettes de liquide qui n’auraient pas été vaporisées se retrouvent projetées contre la paroi du mesh.

© ELEAF ™

En ce qui concerne le premier point, j’ai effectivement constaté que la vape était très agréable et lisse. Quelle que soit la puissance utilisée, la vapeur reste homogène et dense. Même avec un airflow modéré, la vapeur est bien présente sans que les saveurs en soient affectées. Concernant les projections de gouttelettes, je n’en ai jamais eu en effet, mais il m’est difficile de dire si cela provient effectivement de l’hélice ou tout simplement du fait que j’utilise cette résistance à une puissance correcte qui vaporise convenablement le liquide.

En résumé

Le Rotor est un clearomiseur dans la lignée des productions d’Eleaf. Sa construction et ses finitions ne souffrent pas d’un défaut quelconque, sa contenance de 5,5 ml est appréciable. La résistance HW-T apporte une vapeur qui se veut plus lisse, un peu plus homogène, tout en restant parfaitement silencieux. La compatibilité du Rotor avec le reste de la gamme des résistances HW est également appréciable, le choix est pléthorique. Son utilisation reste destinée au vapoteur pratiquant l’inhalation directe et qui aime la vape nuageuse.

Le Eleaf Rotor est disponible en 4 coloris uniquement en version standard (5,5 ml)

VOTEZ POUR CET ARTICLE !
[Total: 1 Average: 5]

Thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.