0

Présentation du mod Papua 100 W de chez Hippovape

Hippovape est une toute jeune société implantée à Shenzhen. Le Papua est leur première mod électronique et pour une première, on peut dire que c’est une réussite : original, simple d’utilisation et efficace, il est destiné aux vapoteurs initiés de par son fonctionnement, mais reste accessible aux débutants qui devront faire abstraction d’un écran pour modifier les réglages. Le Papua est un mod atypique qui apporte un peu de fraicheur par rapport aux autres produits qui se ressemblent de plus en plus.

Le Papua mod est disponible en deux versions

Avant de commencer à détailler ce mod, il convient de préciser qu’il existe deux versions du Papua mod : une version à puissance variable et une autre à voltage variable. Il est important de préciser cette subtilité qui diffère dans son utilisation, certaines boutiques affichant même « Papua VV Box Mod 100W » ce qui ne veut pas dire grand-chose. Faisons donc le point :

  • La version à puissance variable (VW) est la version présentée dans cet article. Cette version est majoritairement la plus vendue, car elle permet d’ajuster les watts qui est l’unité de valeur la plus communément utilisée. Le réglage est possible entre 3W et 100W ce qui correspond à un voltage de 1V à 8V.
  • La version à voltage variable (VV) où l’on modifie le voltage dans une plage allant de 1V à 4,2V, soit environ de 3W à 85W.

Régler des watts ou des volts n’a pas du tout la même incidence sur la vape. Les volts étaient au début des cigarettes électroniques la seule variation possible et surtout la solution la plus simple à mettre en oeuvre, mais avec l’avènement des box électroniques et le développement des chipsets, le watt a pris le dessus pour des raisons de simplicité d’utilisation pour devenir progressivement l’unité la plus commune. Cependant, certains vapoteurs préfèrent le réglage en volts pour X raisons, certaines box offrant même les deux réglages possibles. Cependant, avec le Papua, c’est soit l’un soit l’autre, et le choix au moment de l’achat est définitif.

Sans entrer dans les détails techniques, les différences entre les deux modes de fonctionnement sont les suivants :

  • En VV, la tension est toujours la même, quelle que soit la résistance. Si l’on souhaite 4,0V, que ce soit avec une résistance de 0,15 ohm ou de 1,0 ohm, on à 4,0V. Évidement, au niveau de la vape, c’est très différent. Avoir de l’expérience et connaître la loi d’ohm est nécessaire pour ajuster la puissance à sa vape sous peine de connaître de sérieuses déconvenues.
  • En VW, la puissance fournie tient compte de la résistance pour restituer toujours la même puissance quelle que soit la résistance, jusqu’au niveau de décharge de l’accu fixé par le chipset. Bien entendu, la puissance choisie doit quand même tenir compte de l’impédance de la résistance. Sur les résistances de clearomiseur les valeurs y sont même indiquées, mais globalement, le réglage en watts ne nécessite pas de connaissances techniques avancées.
La version à voltage variable

Pour différencier les deux mods, il faut suffit de regarder le couvercle amovible du compartiment à accu : la version VV ne propose qu’un motif simple tandis que la version VW possède avec un motif coloré représentant une peinture tribale.

La version à puissance variable

Hippovape ayant eu de plus l’excellente idée d’utiliser du verre acrylique pour protéger le chipset, qui par ailleurs est étanche, on peut également voir les différences entre les deux versions.

Le Papua est un mod électronique qui sort un peu de l’ordinaire

Pour choisir du matériel, chacun à sa méthode. Certains lisent les forums et avis des utilisateurs, d’autres parcourent les sites spécialisés, mais avec le temps on peut aussi faire confiance à son instinct lorsque l’on a acquis de l’expérience et on peut estimer rien qu’en regardant les spécificités techniques si le matériel peut nous convenir ou pas.

Les différents coloris du Papua 100 W

La pire des méthodes est de se laisser convaincre par l’aspect esthétique. Comme je suis faible, c’est pourtant ce que j’ai fait. Oui ce n’est pas bien, mais que voulez-vous, je n’ai pas pu résister à cette magnifique décoration qui orne le couvercle du compartiment pour accu. Du jour où je l’ai vu, je me suis dit tout comme Wayne Campbell « un jour, elle sera mienne ».

Comme je dois aussi faire preuve d’un minimum de professionnalisme, j’ai tout de même jeté un œil sur les caractéristiques techniques ce qui fut la touche finale qui m’a convaincu :

  • Le Papua accepte les 3 principaux formats d’accus (18650, 20700 et 21700)
  • Le réglage de la puissance à l’aide d’un potentiomètre et un moyen que j’aime bien (avis tout à fait personnel)
  • Seul le mode puissance variable est possible ce qui tombe bien, car je n’utilise jamais les autres modes ou autres gadgets
  • Sa simplicité d’utilisation
  • Le diamètre de l’atomiseur qui peut aller jusqu’à 25 mm
  • Son format compact

Commençons donc à détailler le Papua par cette superbe trappe. Le motif repris est directement issu de la culture des indigènes vivant en Papouasie en Nouvelle-Guinée, qu’ils utilisent pour décorer leurs instruments de musique, boucliers, vases ou autres objets de la maison. Évidemment, comme toujours pour tout ce qui touche la culture, c’est une affaire d’affinité et nul doute que certains ne trouveront pas ce motif à leur goût.

Il faut cependant reconnaître qu’il est bien agréable de trouver autre chose en termes d’esthétisme que les sempiternels coloris auxquels nous avons droit, et je ne parle pas de la couleur rainbow ou arc-en-ciel qui est ce qui représente dans l’échelle de la laideur la référence absolue. Parfois, certains fabricants se laissent aller en proposant du cuir ou de la résine, mais d’une manière globale il n’existe rarement rien d’aussi harmonieusement coloré. Ce motif est de plus imprimer sur un revêtement légèrement caoutchouteux ce qui lui confère un agrément tactile et pas uniquement visuel.

Maintenu pas deux aimants assez puissants, la trappe est parfaitement maintenue tout en offrant juste ce qu’il faut de résistance lorsqu’on la tire pour accéder au compartiment.

La surprise visuelle est également présente à l’intérieur, mais vous le savez puisque je l’ai déjà mentionné en début d’article, par la protection du chipset qui est constitué de verre acrylique. On peut ainsi constater que le travail est propre et que les soudures ont un aspect qualitatif. Il m’est déjà arrivé pour les besoins de la science de démonter du matériel HS, et parfois même qui coûte un bras, pour affirmer que ce n’est pas toujours aussi bien réalisé. De toute évidence, Hippovape n’a rien à cacher et semble vouloir le démontrer.

Le pin négatif est en bas, il n’est pas évident de voir les informations de polarité de graver sur cette protection transparente. À la limite, on peut mettre un petit coup de marqueur pour ceux qui voient moins bien et on en parle plus. Le pin est monté sur ressort qui s’adapte parfaitement avec les 3 principaux types d’accus. Le format 18650 devra bien sûr être utilisé avec l’adaptateur en silicone qui est fourni dans le coffret.

Par souci d’honnêteté, il faut cependant que vous sachiez qu’avec le format d’accu 21700 la trappe ne se referme pas complètement jusqu’au bout. Il manque trois fois rien, mais elle n’est pas complètement jointive avec le reste de la box. Elle ne s’enlève pas toute seule, tient en place avec les aimants, mais visuellement, il réside un tout petit interstice. Par contre, avec un 20700 ou avec un 18650 et son adaptateur il n’y a aucun souci, c’est parfait.

Sur la tranche opposée, on retrouve le bouton de feu qui est bien entendu en haut, et à la place d’un traditionnel écran, on trouve trois petites LED. Suivant les couleurs qu’elles produisent, elles indiquent les informations suivantes lorsque le mod est allumé (5 clics sur le bouton de feu) :

  • 3 clignotements verts indiquent que la résistance est reconnue lorsqu’on installe un atomiseur.
  • Lorsque l’on retire l’atomiseur, elles clignotent 3 fois en rouge
  • Lorsque le bouton de feu est utilisé, elles sont allumées en rouge
  • Après avoir tiré une bouffée, elles changent d’intensité et de couleur pendant 30 secondes pour indiquer que le mod est en attente
  • Lorsque la résistance est en dessous de 0,1 ohm ou au-dessus de 3 ohms, elles clignotent 3 fois en rouge et 3 fois en vert, et ce, trois fois de suite
  • Si le mod dépasse les 80° Celsius (ce qui est quand même beaucoup) les LED clignotent 5 fois de suite en rouge et il n’est pas possible d’utiliser le bouton de feu jusqu’à ce que la température interne redescende à 60°.
  • Lorsque l’accu descend à 3,0 V elles clignotent 8 fois en rouge et le bouton de feu est neutralisé
  • Un court-circuit sera indiqué par un allumage permanent des LED en rouge.

En dessous de ces trois LED, une quatrième LED indique, toujours avec une couleur, la plage de charge de l’accu.

  • Vert → entre 71 et 100 %
  • Bleu → entre 26 et 70 %
  • Rouge → moins de 25 %

On retrouve également cette LED allumée lorsqu’on charge la box au travers du port USB qui indique la même plage de charge. Lorsqu’elle reste allumée en vert, c’est que l’accu est complètement chargé.

En dessous, de ces voyants se trouve le potentiomètre de réglage qui permet de faire varier la puissance. Facile à manipuler avec juste le plat du pouce, il ne se dérègle pas tout seul dans une poche ou en manipulant le mod. 10 graduations permettent un réglage qui varie de 3 à 100 W suivant l’accu et la résistance. Évidement, si vous aimez contrôler aux petits oignons la puissance, là pour le coup c’est raté. La première indication L délivre 3 W, la M environ 50 W et la H 100 W. Il faut donc compter en gros 10 W par indication. Je n’ai cependant pas dit que la valeur augmentait par pas de 10 W, les variations intermédiaires sont bien présentes, c’est juste une indication et il faudra vous fier au ressenti de la vape délivrée pour régler le Papua suivant vos préférences.

Cela peut paraître un peu déroutant, mais personnellement cela ne me dérange pas plus que ça. La vape étant une affaire de ressenti, il suffit de tourner le potentiomètre sur une valeur que vous jugez adaptée à la résistance, puis affinez le réglage par la suite suivant la vape que vous voulez. En fait, ce principe de potentiomètre est suffisamment précis et fiable pour avoir une vape constante de qualité, sans que l’on soit obsédé par une valeur numérique qu’il ne faut pas dépasser ou atteindre. Une résistance s’use, et si au début elle peut bien fonctionner à disons 30 W, au fur et à mesure du temps, pas en 2 jours bien sûr, il faudra augmenter la puissance pour retrouver les sensations premières. Avec un potentiomètre, comme il n’est pas aussi précis qu’une indication numérique, on augmente ou pas sans se poser de question et on vape comme on aime sans se soucier de savoir vraiment à quelle valeur on est.

Juste en dessous on trouve le port micro-USB qui sert pour recharger l’accu à 2A avec un chargeur mural, mais encore une fois, un bon chargeur externe qui analyse la charge n’en sera que mieux pour garder le meilleur rendement de vos accus le plus longtemps possible.

Pour finir, en haut du mod on retrouve le connecteur qui ne présente rien de particulier et qui fait son job.

Le fabricant indique que le diamètre maximum de l’atomiseur qu’il est possible d’installer sans qu’il ne déborde est de 25 mm, mais comme vous pouvez le constater sur la photo, le 26 mm débordera si peu que personne ne le verra.

En conclusion

Avec le Kylin mini RTA

Pour une société qui débute, Hippovape réalise avec le Papua une entrée sur le marché qui se démarque de ce que l’on voit d’habitude. Le design est bien évidemment l’élément clef qui fera que vous la remarquiez dans les présentoirs, mais du côté technique, elle est tout aussi réussie. La vape est très agréable et constante, son utilisation est forcément basique grâce à son unique mode de vape, choix audacieux, mais pertinent, et son format lui permet de vous accompagner partout avec une bonne autonomie. Le Papua est un mod qui ne plaira peut-être pas à tout le monde de par ses spécificités, mais une fois en main, on l’apprécie un peu plus chaque jour.

VOTEZ POUR CET ARTICLE !
[Total: 2 Average: 5]

Thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.